Bienvenue
dans la famille

Depuis Montréal,
Depuis 2016

en

A peine après avoir dévoilé la libératrice “Jamais (j’aurais pensé)” que Valence rapplique déjà avec un second avant-goût convaincant pour son premier album à paraître en septembre.

Loin de la négative, la ligne se veut affirmation. Pas besoin de l’attendu «n’» ici. Pas le temps pour ça. «Les excès de vitesse et les errances grammaticales surviennent lorsqu’en moi se confrontent le sentiment d’urgence de notre époque et le désir de vivre. J’oublie les arrêts obligés et je poursuis ma route sous l’effet du bon buzz que procure une seconde de vie sous un ciel bleu. Le sentiment extatique de l’immortalité est une opportunité clés en mains pour réaliser mon fantasme. Nous sommes en 2021 et je drifte sans rétroviseur sur la Route du Mitan. J’embrasse l’urgence par nécessité et je fais fi de l’adverbe de négation parce que la vie attend pu». Confirmant l’intuition, l’explication nous emporte encore plus loin.

Le déni des classes dominantes et des instances de pouvoir face aux grandes crises de notre époque positionne les nouvelles générations dans un climat d’urgence. L’ampleur de la chose aura vraisemblablement inspiré Valence. «Dans cette chanson, je m’approprie la voix d’un personnage fictif, déchu et prisonnier de sa classe. Un dialogue réactionnaire s’établit entre cet homme et un policier. Le texte se présente comme une énumération de phrases-slogans criées par un être conscient et sensible qui, devant l’impuissance, cherche abruptement à s’affranchir des contraintes qui lui sont imposées», explique l’auteur-compositeur-interprète et redoutable musicien.

Amorcée par un hook de mellotron contagieux et tenue serrée, là où il faut, par la voix vaporeuse de Vincent Dufour, “La vie attend pas” est une invincible invitation à s’émanciper, à saisir ce qui se présente devant nous. Dire qu’il nous convie à vivre fort, et sans trop de conformisme, serait aussi exact. Résolument exact.

Ecouter “La vie attend pas”

Etienne Dufresne
Helena Deland
Hildegard
Lydia Képinski
Lysandre
Robert Robert
Valence
Nicolet

Crédit

Branding : BillyClub
Design + dev. : P-L Cossette
Dev. : Deven caron